Qui n’a jamais souffert de maux de tête ? Les céphalées sont considérées par l’Organisation Mondiale de la Santé comme une maladie à part entière depuis 1988. Les maux de tête sont souvent accompagnés de fatigue, ce duo fort en sensations désagréables est le cocktail parfait pour une journée gâchée. 

Malgré le caractère commun de ces pathologies, de nombreuses personnes restent toujours dans le doute quant aux véritables symptômes des maux de tête et de la fatigue. Quelles sont donc les véritables causes de ces désagréments et comment y remédier ?

La fatigue et les maux de têtes, ces désagréments de la vie

Si les céphalées et la fatigue chronique peuvent paraître comme deux maladies totalement distinctes, il n'en est presque jamais le cas. Dans la grande majorité des cas, l’une accompagne ou précède l’autre de peu, leurs symptômes respectifs sont donc difficilement dissociables les uns des autres. Tous deux sont susceptibles d’altérer la qualité de vie du patient, les maux de tête et la fatigue sont également liés à l’environnement dans lequel le sujet se trouve. S’il n’existe en gros qu’un seul type de fatigue chronique universelle, les maux de têtes eux peuvent grandement varier en fonction de leurs origines. Il existe aujourd’hui plusieurs types de maux de tête reconnus à l’image de :

  • Les céphalées de tension.
  • Les migraines ophtalmiques.
  • Les migraines de sinusite.
  • L’algie vasculaire.

Tous ces maux de tête ont la particularité commune d’être souvent précédés de sensations visuelles, sensorielles ou encore aphasiques désagréables. Cette période de pré-mal de tête est appelée l’aura et disparaît aussitôt que la céphalée s’installe.

Pour ce qui est de l’encéphalomyélite myalgique associée, plus communément appelée fatigue chronique, celle-ci se présente sous la forme de baisses conséquentes d’énergie à des périodes de la journée où il n’y a pas lieu d’être. Certains sujets souffrent de fatigue chronique à longueur de journée, en faisant une pathologie largement handicapante pour les personnes actives. Tandis que d’autres ne s’en plaignent qu’à des périodes bien précises de façon répétitive, ces vagues de fatigue sont toutefois plus intenses que la fatigue chronique généralisée. 

Qu’est-ce qui provoque les maux de tête et la fatigue ?

Comme la fatigue et les maux de têtes sont des maladies assez communes, il n’est guère surprenant que les facteurs qui en sont la cause fassent partie de la vie quotidienne du patient. Les facteurs de déclenchement des maux de tête sont assez diverses et éparses selon les sujets. Pour cause, plusieurs personnes déclarent être sensibles à certains aliments en particulier tels que le fromage, les fruits secs, le chocolat ou même les pâtisseries. L’ingestion de ces substances conduirait, selon ces personnes, à des maux de tête quelques heures plus tard. Bien que peu crédible, cette hypothèse tient la route et fait l’objet de nombreuses études. Hormis la consommation de denrées spécifiques, certaines conditions physiques et psychologies peuvent également contribuer à l’apparition de maux de tête et de fatigue telles que :

  • Stress et surmenage.
  • Manque de sommeil.
  • Dépression.
  • Consommation excessive de café.
  • Problème dentaire.
  • Hypertension artérielle.
  • Fluctuations hormonales.

Bien qu’assez récentes, une série d’études menées par des organismes spécialisés ont démontré que l’utilisation trop rapprochée du smartphone serait un facteur déclencheur de maux de tête. Les téléphones portables émettent des ondes basses fréquentes à longueur de journée et celles-ci se trouvent toujours à moindre distance de leurs propriétaires. La boite crânienne constitue donc une des parties les plus touchées. 

Des chercheurs ont également réussi à établir une corrélation entre les symptômes de la fatigue et l’utilisation excessive du téléphone portable. Les ondes attaqueraient les cellules du corps en premier, drainant ainsi l’énergie de celles-ci et causant un phénomène d'épuisement.

Faire face à la fatigue et combattre les maux de tête

Si les traitements médicamenteux ont prouvé leur efficacité au fil des années, la phytothérapie n’en est pas moins un excellent remède. De nombreuses plantes possèdent des vertus anti-inflammatoires, antalgiques et apaisantes telles que la camomille, l’écorce de saule blanc ainsi que le fameux arbre chinois ginkgo biloba. Toutes ces plantes peuvent être utilisées en tisane régénératrices ou en cataplasme à appliquer directement sur la région douloureuse pour le cas des céphalées. L’utilisation d’un patch anti-ondes peut également être conseillée afin de réduire l’exposition au maximum du patient. Si vous faites partie des personnes plus enclines à la médecine moderne, voici quelques conseils efficaces pour vous aider à apaiser vos souffrances :

  • Privilégier les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (ibuprofène, aspirine, etc).
  • Prendre des antalgiques à intervalle espacé.
  • Éviter l’automédication à tout prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *